BUKAVU – Une mine d’or artisanale s’est effondrée vendredi à Kamituga, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), ont rapporté samedi des autorités de la province du Sud-Kivu, redoutant un bilan de 50 morts.

Le gouverneur de la province, Théo Ngwabidje Kasi, a déploré “la mort tragique de 50 personnes, en majorité des jeunes”. “On ne sait pas jusqu’à présent le nombre exact” de victimes, a tempéré le maire Alexandre Bundya en déplorant “un affaissement du sol engendré par la pluie diluvienne”.

Aucun corps n’avait été encore retrouvé samedi à la mi-journée, selon un témoin joint par l’AFP, Jean Nondo Mukambilwa.

Le maire a invité la population à «extraire les cadavres du sol», en décrétant deux journées «ville morte» samedi et dimanche, sauf pour la messe et le marché.

L’effondrement s’est produit sur le site minier suite à de fortes pluies.

“Plusieurs mineurs étaient dans le puits qui a été enseveli et personne n’a pu en sortir. On parle d’une cinquantaine de jeunes gens”, a déclaré Emiliane Itongwa, présidente de l’Initiative de soutien et de supervision sociale des femmes.

Les accidents miniers sont très fréquents en RDC. Pour rappel  en juin 2019, au moins 39 mineurs artisanaux étaient morts dans l’effondrement partiel d’une mine de cuivre à Kolwezi, dans la région du Katanga (Sud-Est).

On note que la grande majorité des exploitants miniers sont dans l’informel. Une situation délicate à gérer par les autorités, quand on sait que beaucoup de Congolais gagnent leur vie dans des secteurs économiques informels.

Cependant, «Les enquêtes doivent être menées pour élucider les causes de cette catastrophe», a déclaré un représentant de la société civile à Bukavu, Nicolas Kyalangalilwa. «Les autorités doivent prendre leur responsabilité au lieu de taxer les creuseurs artisanaux».

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici