Le gouvernement burkinabè a décidé de la fermeture de tous les sites aurifères dans le Nord du pays hier lundi 07 juin. Et ce, suite aux différentes attaques terroristes ayant coûté la vie à plusieurs personnes dont 160 morts dans la dernière.

« Fermeture de tous les sites aurifères artisanaux et de la suspension de toutes les activités liées à l’exploitation de l’or sur ces sites sur toute l’étendue des provinces de l’Oudalan et du Yagha pour compter du lundi jusqu’à nouvel ordre », a annoncé hier lundi le gouverneur de la région du Sahel, le colonel-major Salfo Kaboré.

La raison d’une telle décision est que ce métal précieux constitue une manne pour la survie des groupes armés, selon Lionel Bilgo, analyste des questions politiques.

“Le terrorisme est une forme d’économie. Pour survivre, il a besoin de moyens financiers. Il a besoin d’argent. Non pas seulement pour acheter des armes mais aussi pour enrôler des personnes”, estime ce dernier.

De plus, selon une étude menée par l’Observatoire économique et social du Burkina, depuis 2016, les terroristes ont récolté environ 70 milliards francs CFA dans les attaques contre les mines et l’exploitation artisanale de l’or.

Mais est-ce une bonne décision quand on sait qu’une bonne partie de cette population dépend de cette activité ?

Les gens se nourrissent de l’orpaillage. “Parfois, nous demandons à nos frères sur les sites d’orpaillage, de nous envoyer de l’argent à Ouagadougou. Si les sites sont fermés, ça sera compliqué “, a déclaré un citoyen.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici