La Cour d’appel du Missouri a confirmé le verdict selon lequel le talc vendu par le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson était responsable de cancers.

Par conséquent le géant pharmaceutique devra payer 2,1 milliards de dollars de dommages et intérêts, mardi 23 juin.

Toutefois, la Cour a toutefois réduit de plus de la moitié les 4,4 milliards de dollars qu’un jury avait d’abord accordé en 2018 à 22 plaignantes et leurs familles.

La décision maintient le versement de dommages-intérêts que devra payer le groupe pour “avoir sciemment vendu aux consommateurs des produits contenant de l’amiante”

“Parce que les défendeurs sont de grandes entreprises pesant des milliards de dollars, nous pensons qu’un montant important de dommages-intérêts punitifs est nécessaire pour avoir de l’effet dans ce cas”, a précisé la Cour. 

Les plaignantes affirment que l’utilisation du talc de Johnson & Johnson pour leur toilette intime avait provoqué des cancers des ovaires.

Ces dernières années, la société de produits d’hygiène a fait face à des milliers de plaintes accusant son talc de contenir de l’amiante et de provoquer des cancers, et elle a été condamnée à plusieurs reprises dans ce cadre. 

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici