Le gouvernement de transition du Soudan a accepté de séparer la religion de l’État, mettant fin à 30 ans de régime islamique dans la nation nord-africaine.

Le Premier ministre soudanais Abdalla Hamdok et Abdel-Aziz al-Hilu, un chef du groupe rebelle du Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord, ont signé jeudi une déclaration dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, adoptant ce principe.

«Pour que le Soudan devienne un pays démocratique où les droits de tous les citoyens sont consacrés, la constitution doit être fondée sur le principe de la« séparation de la religion et de l’État », en l’absence de laquelle le droit à l’autodétermination doit être respecté». le document déclare.

L’accord intervient moins d’une semaine après que le gouvernement a paraphé un accord de paix avec les forces rebelles qui a fait naître l’espoir d’une fin des combats qui ont ravagé le Darfour et d’autres régions du Soudan sous le dictateur évincé Omar el-Béchir.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici