Plusieurs milliers de manifestants Sénégalais se sont rassemblés samedi 7 novembre pour manifester contre l’islamophobie mais aussi contre les caricatures du prophète Mahomet dans les médias européens, et notamment dans le journal satirique français, Charlie Hebdo.

Des milliers de musulmans sénégalais ont manifesté samedi à Dakar contre les caricatures de Mahomet et contre la défense par le président français Emmanuel Macron du droit à la satire au nom de la liberté d’expression.

Certains manifestants, réunis à l’appel d’organisations disant voir dans ces caricatures une insulte à leur foi, ont brûlé le drapeau français ainsi que le portrait de Macron. Des participants se sont dits favorables à un boycott des produits français.

« Macron a touché (heurté) le monde musulman dans sa totalité. Et si le monde est en paix, c’est grâce à la religion musulmane. Macron, moi, je le déteste », s’est ému un des manifestants, Youssoupha Sow.

La population du Sénégal, qui a conservé des liens étroits avec la France, est musulmane à environ 95%. Les quatre grandes confréries soufies auxquelles appartiennent la plupart des Sénégalais jouent un rôle prépondérant, spirituel et temporel sinon politique, dans la vie du pays, réputé pour sa tolérance religieuse.

« Ce n’est pas pour dire qu’on est contre la France ou contre qui que ce soit d’autre », a déclaré l’une des nombreuses musulmanes ayant répondu à l’appel à manifester, Awa Thiam. « On veut juste que nos concitoyens, les musulmans comme nous, aient le droit de pouvoir pratiquer leur religion tranquillement. Il ne faut pas qu’on fasse peur aux gens, qu’on leur fasse croire que c’est une religion de terreur, de méchanceté (…) En fait, il n’y a pas plus paisible que l’islam ».

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici