Les opposants Martin Fayulu et Théodore Ngoy ont été convoqués par le parquet général près la cour d’appel de Kinshasa-Gombe, mercredi, pour avoir évoqué fin août la possibilité de mise en accusation du président Félix Tshisekedi. En cause, une salve d’ordonnances présidentielles qu’eux et le camp de l’ex-président Joseph Kabila jugent inconstitutionnelle.

L’opposant congolais (RDC), Martin Fayulu, a été convoqué par le Parquet général près la cour d’appel de Kinshasa pour une comparution mercredi.

Une deuxième convocation a également été adressée à l’ancien opposant Théodore Ngoy.

A l’origine de leur convocation, une plainte déposée le week-end dernier par une petite ONG locale, le Centre de réflexion juridique de la lutte contre l’impunité (CRJLI). Cette ONG accuse les deux personnalités d’incitation à la révolte envers l’autorité publique et d’offense au chef de l’État. Dans sa plainte, elle va jusqu’à affirmer que les deux hommes pourraient porter atteinte à la vie de Félix Tshisekedi.

Pour rappel, Fayulu qui n’a obtenu que 34,8% des voix exprimées lors de la présidentielle à un seul tour de 2018 (derrière Tshisikedi, 38,5%), n’a cessé de déplorer un « hold-up électoral » et de réclamer la victoire avec, selon ses dires, un taux de plus de 60%.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici