Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a demandé à la République démocratique du Congo d’enquêter sur les menaces de mort contre Denis Mukwege le prix nobel de la paix 2018.

Ces nouvelles menaces font suite au nouveau plaidoyer du médecin « en faveur de la paix dans l’Est du pays. Le Dr Mukwege propose la création d’un tribunal pénal international pour la République démocratique du Congo (RDC) afin de juger « les graves crimes qui y sont commis contre la population civile ».

Il faut noter que de par le passé Mr Mukwege a déjà reçu des menaces de mort. Par exemple en octobre 2012, il avait même été la cible d’une violente attaque armée, avant d’être exfiltré du pays avec sa famille par les troupes de la Mission de l’ONU en RDC (MONUSCO). 

Sa vie semble être sérieusement menacée – Michelle Bachelet, Haut-Commissaire aux droits de l’homme

« Sa vie semble être sérieusement menacée », a déclaré la Haut-Commissaire, tout en plaidant pour « une enquête efficace, rapide, approfondie et impartiale sur les menaces dont il a fait l’objet ». Pour les services de Mme Bachelet, il est essentiel que les responsables soient traduits en justice et que la vérité soit connue, à la fois pour protéger la vie du Dr Mukwege.

La Haut-Commissaire a souligné la nécessité pour toutes les autorités compétentes de condamner ouvertement les menaces. Et, afin de faire face à ce problème sur le long terme, elle a exhorté les autorités congolaises à adopter le projet de loi sur la protection et la réglementation de l’activité des défenseurs des droits de l’homme.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici