L’opposant rwandais Paul Rusesabagina, a été inculpé lundi pour 13 chefs d’inculpation, dont « meurtre » et « terrorisme », d’après certaines sources officielles.

Inculpé pour meurtre, terrorisme et financement de rébellion par un tribunal de Kigali ce lundi 14 septembre, l’opposant rwandais Paul Rusesabagina s’est retrouvé face à la justice de son pays alors qu’il vivait en exil depuis près de 25 ans.

Le parquet rwandais accuse Paul Rusesabagina d’avoir un lien, en effet, avec des attaques menées en 2018 et attribuées au Conseil national pour le Renouveau et la Démocratie, dont Rusesabagina est cofondateur.
« L’accusation explique avoir obtenu des preuves sur les appareils de l’accusé, dont une partie aurait été fournie par la police belge, lors d’une perquisition à son domicile cette année », a ainsi rapporté RFI.

Pour sa part, le président rwandais Paul Kagamé a déclaré le 6 septembre, que « Rusesabagina dirige un groupe de terroristes qui ont tué des Rwandais. Il devra payer pour ces crimes. Rusesabagina a le sang des Rwandais sur les mains ».

Lire aussi: Rwanda : Paul Rusesabagina, héros du film «Hôtel Rwanda», arrêté pour terrorisme

« Le fait que le Rwanda n’ait pas appréhendé Paul Rusesabagina en utilisant une procédure d’extradition légale suggère que les autorités ne pensent pas que leurs preuves ou les garanties d’un procès équitable résisteraient à l’examen d’un tribunal indépendant, les amenant à choisir de contourner l’état de droit », a indiqué Human rights watch (HRW) sur son site le 4 septembre, quelques jours après l’arrestation de Paul Rusesabagina.

« Le retour à première vue forcé et illégal de Rusesabagina au Rwanda s’inscrit dans un contexte de répression bien documenté des critiques du gouvernement rwandais, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays », a affirmé HRW.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici