À peine ouvert, le procès de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses 12 compagnons a été renvoyé, au 25 octobre à la demande de plusieurs avocats de la défense. Et ce dans l’optique de permettre aux avocats de la défense de consulter davantage le dossier.

Ayant débuté, le lundi 11 octobre, le procès de l’assassinat du « père de la révolution burkinabè », Thomas Sankara, a été repoussé au 25 octobre prochain à 9 heures.

Le président du tribunal militaire de Ouagadougou, M. Urbain Méda, a accepté une requête de deux avocates de la défense, qui estimaient ne pas avoir eu assez de temps pour consulter « les 20 000 pièces du dossier ». Elles avaient demandé un report d’un mois, au nom de « la manifestation de la vérité ». Elles ont obtenu deux semaines, alors que la capitale est actuellement sous haute sécurité pour ce moment important.

La veuve du président Sankara, Mariam était présente à l’ouverture du procès.

« C’est un jour de vérité pour moi, ma famille et tous les Burkinabè », a-t-elle déclaré dans la matinée. Elle devra patienter encore un peu. En revanche, le principal accusé, l’ancien chef de l’État Blaise Compaoré, 70 ans, ne s’est pas rendu au tribunal. L’ancien compagnon d’arme, ami intime et ministre de Thomas Sankara, porté au pouvoir en 1987 et renversé en 2014, vit en Côte d’Ivoire.

Mariam Sankara, ex-première dame du Burkina Faso, le 11 octobre 2021 à Ouagadougou pour l'ouverture du procès des meurtriers présumés de son mari.

Source : RFI

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici