Les lauréates du prix Nobel de chimie, la Française Emmanuelle Charpentier et l’Américaine Jennifer Doudna, deux généticiennes, ont mis au point des « ciseaux moléculaires » capables de modifier les gènes humains, une percée révolutionnaire.

L’académie suédoise a récompensé les deux chercheuses pour la mise au point du système universel d’édition du génome Crispr-Cas9. « Les femmes scientifiques peuvent aussi avoir un impact pour la recherche qu’elles mènent », a réagi Emmanuelle Charpentier.

Les ciseaux génétiques CRISPR / Cas9 sont « un outil pour réécrire le code de la vie » qui permet de développer des thérapies anticancéreuses innovantes afin de réaliser le rêve de guérir des maladies héréditaires.

C’est en juin 2012 que les deux chercheuses décrivent dans la revue Science le fonctionnement de ce nouvel outil. Si on savait déjà ajouter un gène nouveau avec la thérapie génique, il s’agit avec ces « ciseaux moléculaires » de modifier un gène existant.

Après les prix accordés en 2009 à l’Australienne Elizabeth Blackburn et l’Américaine Carol Greider, c’est la deuxième fois, seulement, depuis la création de la récompense, en 1901, que deux femmes sont simultanément honorées dans une même discipline, et la première fois qu’un Nobel scientifique est remis à un duo 100 % féminin. Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna deviennent les sixième et septième femmes à remporter un Nobel de chimie depuis 1901.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici