« Le Groupe de la Banque africaine de développement a le plaisir d’annoncer la nomination de Mme Paula Santos Da Costa au poste de directrice par intérim du Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption, à compter du 14 janvier 2021. », lit-on dans le communiqué de la Banque africaine de développement.

Présentement la cheffe d’unité du Bureau de l’éthique à la Banque africaine de développement, Mme Paula Santos Da Costa de nationalité bissau-guinéenne, a été nommée en tant que directrice par intérim du Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption.

« Je remercie le président Adesina pour la confiance placée en moi.  Le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption joue un rôle crucial pour garantir la transparence, les normes éthiques et la lutte contre la corruption dans les investissements et constitue une composante essentielle du système de bonne gouvernance de la Banque. Je travaillerai avec diligence et loyauté pour soutenir et renforcer l’indépendance, la gouvernance et le mandat des efforts de la Banque en matière d’intégrité et de lutte contre la corruption », a déclaré Mme Santos.

A propos de Mme Santos:

Titulaire d’un master en droit fiscal délivré en 1998 par l’Institut d’économie et de gestion de Lisbonne (ISTEC) au Portugal, et d’un master en droit privé délivré en 1995 par l’Université Jean Moulin de Lyon (France) et d’une maîtrise en droit privé de l’université Jean Monnet de Saint-Étienne (France), Mme Santos a rejoint la Banque africaine de développement en décembre 2010 en tant que chargée principale de l’éthique, de la formation et de liaison.

Et bien avant de rejoindre la Banque, Paula a travaillé à la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en tant que cheffe et coordinatrice de la division des litiges de 2004 à 2010. A ce poste, elle a contribué à la mise en place du service des litiges au sein de la direction des affaires juridiques, et a élaboré un système de notation des avocats, ainsi que le statut juridique des cellules de lutte contre le blanchiment de capitaux de l’Union économique et monétaire ouest-africaine.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici