En Guinée Conakry, le président du Comité national de rassemblement pour le développement, Mamady Doumbouya, a prêté serment ce vendredi 1er octobre devant la Cour suprême. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte du palais des nations près d’un mois après la chute brutale du régime d’Alpha Condé.

“Le peuple n’avait que trop souffert d’injustices, de violations répétées des droits de l’homme, de la corruption qui gangrène tous les secteurs de l’administration et l’impunité. Ce coup de force a été saluée par une adhésion populaire. Excellence Monsieur le président de la transition, vous mesurez alors quel espoir l’intervention des forces de défense et de sécurité a suscité au sein de la population guinéenne”, a déclaré dans sa réquisition l’avocat général de la Cour suprême.

“Moi, Mamady Doumbouya, président de la transition, je jure devant le peuple de Guinée, de préserver en toute loyauté la souveraineté nationale, de respecter et de faire respecter les dispositions de la charte de la transition, la dignité humaine les lois et règlements de la République, de remplir mes fonctions dans l’intérêt supérieur de la nation, de consolider les acquis démocratiques, de garantir l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire national”, a déclaré le président Doumbouya.

“Je m’engage solennellement et sur mon honneur à collaborer avec les organes de la transition pour ma réalisation, et la préservation de la cohésion nationale. En cas de parjures que je subisse les rigueurs de la loi, je le jure”, a-t-il ajouté.

Cependant, il faut noter la CEDEAO, les USA, l’UE et beaucoup d’autres pays boycottent la prestation de serment du Colonel Mamadi Doumbouya.

La CEDEAO a donné la consigne à ses membres de boycotter la cérémonie de prestation de serment du colonel Doumbouya.

D’autres pays et organisations comme l’Union Européenne, la Turquie, les USA, l’Afrique du Sud, l’Angola, etc. ont adopté la même position en envoyant, pour quelques-uns de « simples représentants ».

« Il est difficile d’accompagner le CNRD, si les questions liées à la libération du président Alpha Condé et la durée de la transition ne sont pas réglées », a commenté un diplomate.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici