L’île de Cuba a récemment décidé d’approuver l’usage des OGM dans son agriculture, une toute première pour l’agriculture cubaine. Cette situation s’explique par la crise alimentaire que traverse le pays avec des difficultés d’importations liées au blocus américain et aggravées par la Covid-19.

C’est bien depuis 2008, que le pays a lancé les recherches sur les graines génétiquement modifiées.

Aujourd’hui, c’est via un décret-loi, que le gouvernement a autorisé les cultures d’organismes génétiquement modifiés (OGM) dans le but « d’augmenter la production d’aliments ».

Le gouvernement qui fait face à une crise alimentaire liée à des difficultés d’importations et une production agricole centralisée inefficace, présente ce changement politique comme une « alternative de plus pour augmenter la productivité », et une manière « d’atteindre sa souveraineté alimentaire, grâce à la science et la technologie ».

Il faut noter que les OGM constituent un danger pour la santé humaine. Cette réflexion de Fidel Castro en 2010, comme un avertissement des dérives de « la science qui autodétruit la planète », semble aujourd’hui largement ignoré.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici