Les travailleurs de la santé dirigés par le ministre de la Santé ont reçu les premières doses de vaccin alors que le Zimbabwe a lancé jeudi sa campagne de vaccination contre le COVID-19. 

Les 200 000 doses du vaccin Sinopharm données par la Chine sont utilisées dans la première phase de la campagne, qui cible principalement les personnes de plus de 60 ans, les fonctionnaires de première ligne et les groupes vulnérables. 

La première phase est également considérée comme un test visant à déterminer si le vaccin Sinopharm est efficace contre le variant de coronavirus qui s’est propagé au Zimbabwe depuis sa première détection en Afrique du Sud.

Pendant ce temps, Constantino Chiwenga, ministre de la Santé et vice-président du Zimbabwe, a été la première personne à recevoir le coup, ouvrant le bal pour le programme de la nation d’Afrique australe visant à vacciner environ 60% de sa population.

Selon le plan de vaccination du ministère de la Santé, l’objectif final du Zimbabwe est de vacciner 10 millions de ses quelque 15 millions d’habitants.

«Au total, 22% de la population sera vaccinée au cours de la première phase. Dans la deuxième phase, 18,4% des personnes seront ciblées, tandis que 18,4% seront vaccinées dans la troisième phase, atteignant ainsi l’objectif de vacciner près de 60% de la population totale », a déclaré mardi la ministre de l’Information Monica Mutsvangwa lors d’une conférence de presse.

Elle a également confirmé qu’il y avait «maintenant une domination de 61% de la nouvelle variante sud-africaine» dans le pays.

Le Zimbabwe a acheté quelque 800 000 doses de vaccin supplémentaires qui doivent arriver le mois prochain. 

Jeudi, le nombre de cas de COVID-19 au Zimbabwe s’élevait à plus de 35000, dont au moins 1400 décès et plus de 31000 guérisons.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici