Le Conseil du Café-Cacao et Ghana Cocoa Board suspendent leur collaboration avec l’association des chocolatiers américains, la Cocoa Herchants Association of America (CIMA). Cette mesure sonne comme une sanction contre l’entreprise qui avait procédé récemment à des achats de 30 000 tonnes de cacao sur le marché à terme de New York en lieu et place d’un d’approvisionnement direct auprès des deux principaux fournisseurs.

La démarche de la compagnie est perçue en effet par ceux-ci comme un affront dans l’application du différentiel de revenu décent (DRD), dont l’impact serait plus important pour les communautés locales contrairement aux programmes de durabilité des industriels qui dans leur globalité, ne toucherait que 10 % des producteurs…les compagnies mettant en œuvre les projets pour le compte d’Hershey sont également visées par cette interdiction d’opérer et pourraient se voir retirer leurs licences d’activités en cas de non-respect.   

« Le DRD a été mis en place pour protéger les exploitants ivoiriens et ghanéens qui perdent du terrain dans la chaîne de la valeur mondiale du cacao. La conspiration et les machinations de votre compagnie pour éviter de le payer démontrent votre engagement passif à améliorer les revenus de 3 millions de producteurs de cacao ouest-africains », ont affirmé conjointement Joseph Boahen Aidoo et Yves Koné, respectivement responsables du Cocobod et du CCC dans une lettre adressée à Hershey. 

Une rencontre des parties prenantes sur des revenus décents pour les producteurs, qui s’est tenue à Accra du 11 au 12 juin 2019, et à Abidjan le 3 juillet 2019, avait conclu que les cacaoculteurs de la Côte d’Ivoire et du Ghana bénéficieraient d’une meilleure rémunération en leur accordant un Différentiel de Revenu Décent de 400 $ pour chaque tonne de cacao vendue par les deux pays à partir de la saison 2020-2021.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici