Le 12 juin 2020, l’institution de Bretton Woods, a approuvé un crédit de 150 millions $ (environ 87,8 milliards de FCFA) au profit du Cameroun pour électrifier certaines de ses localités. La signature du crédit à été faite entre le représentant du directeur des opérations de la Banque mondiale au Cameroun, Ibrah Sanoussi et Alamine Ousmane Mey, le ministre en charge de l’Économie.

C’est au total six régions du Cameroun (Extrême-Nord, Nord, Adamaoua, Nord-Ouest, Sud-Ouest et Est) qui bénéficieront du prêt (150 millions $) de la banque mondiale pour électrifier leur zone.

En tout, ce projet d’une durée de 05 ans concerne 417 nouvelles localités et couvre une population estimée à 1,5 million de personnes. Il met l’accent sur l’extension et le renforcement du réseau électrique à travers la construction de lignes et de postes de transformation électriques.

Techniquement, le programme sera piloté par l’Agence d’électrification rurale (AER) dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de développement du secteur électrique (PDER) adopté en 2017.

« Ce projet bénéficie non seulement aux consommateurs d’électricité, mais aussi à la population mal desservie, grâce à la création d’emplois et à l’amélioration des perspectives de prospérité partagée au Cameroun », a indiqué le Minepat. « Un accès accru à l’électricité est un facteur clé pour générer des revenus et des emplois, et favoriser des utilisations productives de l’électricité dans les zones rurales. », s’est exprimé Alamine Ousmane Mey.

D’après les données fournies par le Minepat, les régions sous-desservies ont un taux d’accès à l’électricité d’à peine 50%. Par exemple, l’Extrême-Nord affiche un taux de 46% ; le Nord, 46% et l’Adamaoua, 52%. 

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici