La commission des Transports du Congrès américain a commenté les résultats, mercredi, de son rapport final long de 239 pages sur les deux crashs du Boeing 737 MAX, celui de Lion Air en octobre 2018 et d’Ethiopian Airlines en mars 2019 qui ont coûté la vie de 346 personnes.

Selon les parlementaires “Boeing a fait des hypothèses fondamentalement erronées sur les technologies critiques du 737 MAX, notamment avec le MCAS. Boeing s’attendait également à ce que les pilotes, qui ignoraient largement l’existence du MCAS, seraient en mesure d’atténuer tout dysfonctionnement potentiel “. Ce qui n’a pas été le cas. Et qui pose un autre problème, celui de la formation des pilotes. Mais c’est un volet que les parlementaires américains n’ont pas abordé.

Il est également précisé dans le rapport que : “Boeing a caché des informations cruciales à la FAA, à ses clients et aux pilotes du 737 MAX, y compris des données de test internes qui ont révélé qu’il avait fallu plus de 10 secondes à un pilote d’essai de Boeing pour diagnostiquer et répondre à l’activation non commandée du MCAS dans un simulateur de vol, une condition décrite par le pilote comme “catastrophique”. Selon les directives de l’administration fédérale de l’aviation, les pilotes sont supposés pouvoir répondre à une telle situation dans les quatre secondes.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici