Le président américain Donald Trump (à gauche) et Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (à gauche)

Le deuxième actionnaire de la BAD, derrière le Nigeria, et premier bailleurs de fonds du guichet Fonds Africain de Développement (FAD), dans une lettre datée du 22 mai 2020, interpelle la présidente du conseil des gouverneurs sur la transparence de l’enquête par rapport à la gestion du président Adesina.

En effet le secrétaire d’Etat américain au Trésor, Steven Munchin,déclarait à la présidente du conseil: “Chère madame, les Etats Unis d’Amérique ont reçu votre lettre du 5 mai 2020 dans laquelle vous donnez votre point de vue consistant à demander à ce que le conseil des gouverneurs adopte les résolutions du Comité d’Ethnique et exonère totalement le président de la BAD des allégations à son encontre”.

Il poursuit en mettant en garde contre toutes tentatives de dissimulation des faits: “toute dissimilation de faits de cette nature risque de ternir l’image de la Banque Africaine de Développement et jouerait contre son influence à l’avenir”.

Pour rappel le président de la BAD est critiqué pour plusieurs irrégularités telles sur les recrutements et la passation des marchés publics, a fait l’objet d’une enquete. Et par rapport à cela une enquête avait été menée.

Le résultat de cette enquête rendue publique le 05 Mai 2020, a été menée par le comité d’éthique présidé par le Japonais Yano Takuji qui disculpe le président Akinwumi Adesina de “toutes les allégations portées à son encontre”.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici