Jusque-là en réserve, le Nigeria, le premier actionnaire de la BAD ne s’était pas prononcé sur l’affaire Adésina-USA.

C’est dans un courrier officiel adressé à Kaba Nialé, présidente du Conseil des Gouverneurs et par ailleurs ministre ivoirien du Plan, Abuja s’oppose clairement aux USA qui appellent à une enquête indépendante. Et ce en se basant sur le rapport d’éthique, qui avait disculpé le président de la BAD de toutes les 16 accusations émises par le groupe des lanceurs d’alertes, la ministre nigériane des Finances, Zainab Ahmed, déclare au nom du gouvernement fédéral, soutenir les conclusions du comité d’éthique et du conseil des gouverneurs dont la présidente, Kaba Nialé en l’occurrence, avait appelé le 5 mai dernier, à “exonérer” Adesina de toutes les allégations émises à son encontre.

Aussi le Nigeria s’oppose vivement car l’enquête indépendante serait dehors des règles et procédures de la BAD dés lors que le président Adesina a été blanchi par le comité d’éthique. 

Pour rappel le Nigeria, la Libye et l’Algérie s’étaient, de 1978 à 1982, fortement opposés à l’ouverture du capital de la BAD aux membres non régionaux. L’un des gardes fous de la BAD, fixé après l’ouverture historique aux membres non africains, était d’avoir deux tiers du capital contrôlé par les membres non régionaux.

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici